En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts. x

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts. Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts. Fermer

Leucorrhine à front blanc

Leucorrhinia albifrons (Burmeister, 1839)

Retour à la liste des espèces

Description

La Leucorrhine à front blanc est une libellule de taille moyenne, parmi les plus rares de France. On trouve cette espèce uniquement dans le Jura et en Aquitaine, dans les Landes de Gascogne. Il s’agit d’une espèce répandue surtout dans le nord de l’Europe et en Sibérie.

Comme tous les espèces de la famille des Libellulidae, les yeux sont en contact en un seul point et une fois posée, les ailes sont tenues étalées. Le mâle est sombre mais présente des reflets bleutés caractéristiques ; la femelle est noire avec quelques taches jaunes sur le dessus de l’abdomen. Comme son nom l’indique, la face blanche est un critère de reconnaissance. On remarquera également les cellules sombres en bout d’ailes, les ptérostigmas. Avec un peu de patience, on pourra apercevoir à l’extrémité de l’abdomen de petits appendices blancs. Il s’agit des cercoïdes que les mâles utilisent comme pinces pour maintenir les femelles lors des accouplements.

En Aquitaine, la Leucorrhine s’observe dès le mois d’avril mais c’est entre mai et juillet que la majorité des adultes volent. L’émergence des adultes est l’achèvement d’une phase larvaire de deux ans en milieu aquatique. L’émergence est souvent très concentrée dans le temps, en réponse aux bonnes conditions météorologiques. Si quelques mâles territoriaux sont observés sur une même mare, les femelles se tiennent souvent à distance en forêt ou dans les zones humides associées au plan d’eau. Sur les sites favorables, les spécialistes des libellules (les odonatologues) sont susceptibles de trouver sur une même mare des centaines d’exuvies au cours de la saison, et parfois plus encore. L’exuvie correspond à la peau larvaire abandonnée par l’adulte émergent sur une tige végétale sur la rive.

La Leucorrhine à front blanc recherche pour se reproduire des eaux stagnantes, acides et naturellement pauvres en nutriments. Les étangs et les mares choisies doivent proposer des végétations immergées bien fournies et les rives bien végétalisées sont importantes. Un paysage forestier environnant est souvent observé autour du site de ponte.

Pour ces raisons, les mares forestières sur le Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, les lagunes, présentent un intérêt majeur pour préserver cette espèce, et deux autres espèces de leucorrhines plus rares encore en Aquitaine : la Leucorrhine à gros thorax (espèce Natura 2000), et la Leucorrhine à large queue. La connaissance des populations aquitaines date de la fin des années 1980 seulement. On observe un peu partout des populations en diminution, et la réaction au changement climatique de ces espèces nordiques est difficile à prédire.

Présence

Juin

Visible ce mois ci

Jan
Fév
Mar
Avr
Mai
Jui
Juil
Aoû
Sep
Oct
Nov
Dec

Présence

En journée
Pas visible en ce moment
nom scientifique: 
Leucorrhinia albifrons (Burmeister, 1839)
Leucorrhine à front blanc (Crédit : Jérôme Fouert-Pouret)
Leucorrhine à front blanc (Crédit : Jérôme Fouert-Pouret)
Leucorrhine à front blanc (Crédit : Violette Derozier)
Leucorrhine à front blanc (Crédit : Jérôme Fouert-Pouret)
Description: 

<p>La Leucorrhine &agrave; front blanc est une libellule de taille moyenne, parmi les plus rares de France. On trouve cette esp&egrave;ce uniquement dans le Jura et en Aquitaine, dans les Landes de Gascogne. Il s&rsquo;agit d&rsquo;une esp&egrave;ce r&eacute;pandue surtout dans le nord de l&rsquo;Europe et en Sib&eacute;rie.</p>

<p>Comme tous les esp&egrave;ces de la famille des <em>Libellulidae</em>, les yeux sont en contact en un seul point et une fois pos&eacute;e, les ailes sont tenues &eacute;tal&eacute;es. Le m&acirc;le est sombre mais pr&eacute;sente des reflets bleut&eacute;s caract&eacute;ristiques&nbsp;; la femelle est noire avec quelques taches jaunes sur le dessus de l&rsquo;abdomen. Comme son nom l&rsquo;indique, la face blanche est un crit&egrave;re de reconnaissance. On remarquera &eacute;galement les cellules sombres en bout d&rsquo;ailes, les pt&eacute;rostigmas. Avec un peu de patience, on pourra apercevoir &agrave; l&rsquo;extr&eacute;mit&eacute; de l&rsquo;abdomen de petits appendices blancs. Il s&rsquo;agit des cerco&iuml;des que les m&acirc;les utilisent comme pinces pour maintenir les femelles lors des accouplements.</p>

<p>En Aquitaine, la Leucorrhine s&rsquo;observe d&egrave;s le mois d&rsquo;avril mais c&rsquo;est entre mai et juillet que la majorit&eacute; des adultes volent. L&rsquo;&eacute;mergence des adultes est l&rsquo;ach&egrave;vement d&rsquo;une phase larvaire de deux ans en milieu aquatique. L&rsquo;&eacute;mergence est souvent tr&egrave;s concentr&eacute;e dans le temps, en r&eacute;ponse aux bonnes conditions m&eacute;t&eacute;orologiques. Si quelques m&acirc;les territoriaux sont observ&eacute;s sur une m&ecirc;me mare, les femelles se tiennent souvent &agrave; distance en for&ecirc;t ou dans les zones humides associ&eacute;es au plan d&rsquo;eau. Sur les sites favorables, les sp&eacute;cialistes des libellules (les odonatologues) sont susceptibles de trouver sur une m&ecirc;me mare des centaines d&rsquo;exuvies au cours de la saison, et parfois plus encore. L&rsquo;exuvie correspond &agrave; la peau larvaire abandonn&eacute;e par l&rsquo;adulte &eacute;mergent sur une tige v&eacute;g&eacute;tale sur la rive.</p>

<p>La Leucorrhine &agrave; front blanc recherche pour se reproduire des eaux stagnantes, acides et naturellement pauvres en nutriments. Les &eacute;tangs et les mares choisies doivent proposer des v&eacute;g&eacute;tations immerg&eacute;es bien fournies et les rives bien v&eacute;g&eacute;talis&eacute;es sont importantes. Un paysage forestier environnant est souvent observ&eacute; autour du site de ponte.</p>

<p>Pour ces raisons, les mares foresti&egrave;res sur le Parc Naturel R&eacute;gional des Landes de Gascogne, les <em>lagunes</em>, pr&eacute;sentent un int&eacute;r&ecirc;t majeur pour pr&eacute;server cette esp&egrave;ce, et deux autres esp&egrave;ces de leucorrhines plus rares encore en Aquitaine&nbsp;: la Leucorrhine &agrave; gros thorax (esp&egrave;ce Natura 2000), et la Leucorrhine &agrave; large queue. La connaissance des populations aquitaines date de la fin des ann&eacute;es 1980 seulement. On observe un peu partout des populations en diminution, et la r&eacute;action au changement climatique de ces esp&egrave;ces nordiques est difficile &agrave; pr&eacute;dire.</p>

Groupe taxonomique: 
Image mobile - Fiche espèce: 
Image mobile - Minature: 
Image mobile - Diaporama: 
Statut Protection: 
Saison: 
Avril
Mai
Juin
Juillet
Visible: 
En journée

Poster une photo ou un commentaire

image
Photos de paysages, d'espèces...

Les fichiers doivent peser moins de 2 Mo.
Extensions autorisées : png jpg jpeg.
Les images doivent avoir une définition supérieure à 400x200 pixels.

Restez dans le sens de la marche ! ;)

Tenez vous informez des nouvelles ecobalades !